Voyage durable

1024 576 Amal

Après l’expérience du tour du Maroc à pied, nous voilà embarqués dans une nouvelle aventure pour une revisite du pays sous un nouvel angle ; celui du tourisme durable.
Sur une durée d’un mois, ce voyage se veut une immersion dans le quotidien des projets nominés aux Trophées Maroc du Tourisme Durable ; une occasion de prendre connaissance de leur engagement en matière de durabilité et de découvrir les différentes techniques et activités qui y sont déployées.
De Chefchaouen à Dakhla, nos pas nous entraînent là où la curiosité n’a de limite et où l’humain, le partage, le respect de l’environnement et la valorisation de notre patrimoine matériel et immatériel vont de pair.

CHEFCHAOUEN

Top départ ! Notre voyage commence de Chefchaouen, la ville pittoresque aux nuances bleues.
Ici, nous rencontrons l’Association Talassemtane pour l’Environnement et le Développement (ATED) qui agit au sein de la réserve de biosphère intercontinentale de la Méditerranée regroupant, entre autres, le parc national de Talassemtane et celui de Bouhachem : un carrefour d’une diversité naturelle et d’un patrimoine culturel riches sur lequel s’appuie fondamentalement le tourisme de la région.
ATED s’engage ainsi dans le développement du secteur touristique à travers notamment l’accompagnement des gîtes, le soutien des coopératives féminines et l’installation d’unités de biogaz.

AOUFOUS

Changement de décor radical. Des hauteurs montagneuses aux dunes et palmeraies, nous voilà à Aoufous en plein milieu de la vallée du Ziz : la vallée des 2 millions de palmiers et des 46 variétés de dattes.
Cette étape nous emmène voir de près le travail qu’effectue l’association Solidarité et Développement (SODEV), à travers le tourisme solidaire, afin de développer le territoire rural et oasien.
En apportant un soutien à différents acteurs locaux et en développant des activités génératrices de revenus, SODEV permet d’améliorer l’attractivité de la vallée.

OUARZAZATE

3 projets pour cette troisième étape à Ouarzazate, la porte du désert et le point de départ des excursions dans le grand sud marocain :
Désert et Montagne qui organise des méharées et treks ainsi que des expéditions thérapeutiques, sur des durées de 3 jours à plusieurs semaines et même sur plusieurs mois, sur les traces des grandes caravanes d’autrefois.
PEAK DMC, un tour-opérateur qui prend en considération les exigences environnementales et sociales dans le développement de ses activités à travers le soutien de projets sociaux.
Et, Jardin des arômes, un restaurant gastronomique qui adopte de bonnes pratiques environnementales telles que la gestion de l’eau et l’optimisation de l’énergie.

NKOB

Après Ouarzazate, nous voici à N’kob, le village aux 45 kasbahs, appelé aussi le royaume des kasbahs.
Nous y sommes pour la découverte du projet de la Kasbah Baha Baha qui s’inscrit dans une démarche de préservation et de promotion du patrimoine culturel de la tribu Ait Atta.
La perpétuation des traditions de cette tribu se dévoile dans les moindres recoins de cette Kasbah notamment à travers la construction en pisé, la cuisine à l’ancienne, le musée ethnographique, l’uniforme du personnel et la décoration artisanale.
Un voyage dans le temps.

MARRAKECH

La richesse de notre #voyagedurable réside dans la diversité des acteurs que nous rencontrons. A Marrakech, la ville ocre qui mise désormais sur le vert, nous découvrons 4 projets, tous aussi ingénieux les uns que les autres :
Le Royal Mansour, un chef d’œuvre réalisé par plus de 1400 artisans, qui entraîne au cœur de la tradition marocaine à travers, entre autres, l’architecture, la gastronomie, la haute couture, les tableaux d’art et la musique.
La Société Protectrice des Animaux et de la Nature (SPANA), qui fait un travail remarquable dans la préservation des calèches en tant que patrimoine culturel et marque d’authenticité de la ville de Marrakech.
La Marrakech Biennale, un événement d’envergure internationale qui porte la culture et les arts comme vecteurs du tourisme durable et qui, à chaque édition, crée toute une dynamique culturelle impliquant plusieurs acteurs notamment des établissements scolaires.
Et Villa Janna, un écolodge entièrement batî en briques de terre crue par une main d’œuvre locale formée dans ce but et qui se veut une plateforme de valorisation et de modernisation des techniques ancestrales de construction naturelle.

DAKHLA

L’étape finale de notre voyage nous conduit à Dakhla, la presqu’île nichée entre océan et désert qui offre des paysages d’une beauté singulière et qui abrite 2 projets qui concilient habilement tourisme sportif et tourisme durable.
Dakhla Attitude, un complexe éco-touristique connu pour être l’un des grands centres de kitesurf au Maroc, et qui met en place diverses actions relevant du management environnemental dont l’initiation à la construction en sacs de sable.
Et l’association Lagon Dakhla qui organise la “Sahraouia”, un raid solidaire au féminin. Un événement désormais incontournable dans la région qui s’étale sur plusieurs jours de compétition avec au programme diverses épreuves : course à pied, canoë et vélo.

En 6 étapes, nous avons pris connaissance de ces initiatives touristiques nominées aux Trophées Maroc du Tourisme Durable qui, chacune à sa manière, est engagée dans la promotion d’un tourisme durable et responsable visant à mettre en avant et à préserver la culture, le patrimoine matériel et immatériel, l’environnement et la biodiversité du Maroc.
Nous avons été ravis de vivre cette expérience et de voir de près tout ce potentiel et les efforts que ces différents acteurs fournissent.

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée